Agenda culturel

 

 

 

rock.pngAu P'tit Tonneau
  
  


Le blues avec Marc Lelangue, c'est chic

 

 

Dites les gens, pour les repas, c'est complet, mais il y a encore des places pour le concert.
Et pensez à prendre de la monnaie pour acheter vos bougies Amnesty !

 


MARC LELANGUE TRIO


SAM 9 DEC - 20H30

 

 


Lost in the blues ...

Tombé amoureux du blues dès le dernier tiers du siècle dernier, ce flegmatique à l'humour décalé a déchiffré la plupart des morceaux qu'il joue en écoutant et réécoutant jusqu'à l'usure les disques (en vinyle noir) de Blind Lemon Jefferson, Blind Willie Mc Tell, Blind Boy Fuller; Big Bill Broonzy et autres bluesmen oubliés, apprenant au massage l'anglais, la guitare et quantité de chefs d’œuvres méconnus.

Spécialiste de la digression qui n'a rien à voir et des rappoorts inattendus entre la musique noire américaine et l'actualité parfois très locale, il est épaulé par le contrebassiste René Stock à la contrebasse et par le multi-instrumentiste Lazy Horse à un tas d'autres instruments.

Recrutés pour un festival au Burkina Faso, ces deux musiciens aux intestins en acier galvanisé et à la bonne humeur jamais prise en défaut, même par 48° à l'ombre, sont devenus des complices qui continuent depuis à l'accompagner tellement ça paie bien.

Le trio a enregistré "Lost in the blues", salué par la critique en plusieurs langues et distribué en Europe depuis mars 2017 par Inakustik.

 


Avec Marc Lelangue, guitares acoustiques 6 et 12 cordes, voix - Lazy Horse, guitares slide, mandoline, harmonica, papier de verre - René Stock, contrebasse

Petite bio en image
Le trio

 

15€
10€ membres
5€ étudiant moins de 26 ans
1,25€ Art.27
Formule dîner spectacle.
Repas servi dès 19h, sur réservation uniquement : 15€

 

Réserver

 




Une soirée en collaboration avec le groupe local d'Amnesty International.

 

 

 

CHARLES LEMAIRE EXPOSE
 

 

Depuis le 7 octobre, le photographe Charles Lemaire occupera les murs de la Ferme de la Dîme.

Sa photographie est principalement centrée sur la peau : tatouée, scarifiée, blessée, la regarder toujours et en retirer une image apaisée. Une photographie argentique qui prend son temps. Une sélection de ses photos sur les tatouages a été vue par plusieurs milliers de visiteurs à la Maison de la Culture de Namur.

Pour les spectateurs de la Ferme de la Dîme, c'est l'occasion d'ouvrir les yeux sur d'autres formes d'expression.

 

Les prochaines programmations d'un simple coup d'oeil

 

 

SAM 20 JANV - 20H30

LORENZO DI MAIO QUINTET
 

Photographe © Guillaume Kayacan






Actions sur le document